Rodolphe Dana

Après des études au Cours Florent, Rodolphe Dana devient l’un des premiers compagnons de route d’Éric Ruf et de la Compagnie d’Edvin(e). En 1997, il participe à la création de Du désavantage du vent au CDDB à Lorient. Il y joue ensuite dans Marion de Lorme de Victor Hugo mis en scène par Éric Vigner (1998) et dans Décameron d’après l’œuvre de Giovanni Boccaccio mis en scène par Bérangère Jannelle (2000). En 2001, il co-écrit et joue dans Egophorie au Volcan au Havre. Il joue ensuite dans Cave Canem, pièce conçue par deux danseurs, Annie Vigier et Franck Apertet (2002 – Festival Uzès Danse) et Une Saison païenne, adaptée d’Une saison en enfer de Rimbaud mis en scène par Cyril Anrep (2004 – Comédie de Reims). En 2008, il dirige la création collective Hop-là! Fascinus ! qui réunit Le Cheptel Aleïkoum, la Compagnie Octavio et le Collectif Les Possédés au Théâtre du Peuple à Bussang.

 

En 2002, avec Katja Hunsinger il fonde le Collectif Les Possédés, avec l’envie de « prospecter, creuser, interroger ce que nos familles, ce que nos vies font et défont, ce qui rend si complexe et si riche le tissu des relations humaines qui enveloppe nos existences ». Ainsi, pour les textes qu’il monte, le collectif creuse l’écriture : c’est d’abord l’approche par une vue d’ensemble qui s’affine en fonction de la richesse des regards de chaque acteur, du degré d’intimité créé avec la matière en question et de la singularité des perceptions de chacun. Une aventure intérieure collective vers les enjeux cachés d’un texte, ses secrets et ses mystères. Approcher l’auteur et son oeuvre pour, alors, s’en détacher, se délivrer de sa force et de son emprise afin de faire apparaître sa propre lecture, son propre théâtre. Les membres du collectif se connaissent depuis longtemps, presque tous issus du Cours Florent, et la relation étroite qui les unit sert un jeu qui laisse la part belle à leurs propres personnalités. C’est certainement leur marque de fabrique : un théâtre qui privilégie l’humain et la fragilité qui le constitue. C’est donc assez naturellement que des auteurs comme Jean-Luc Lagarce ou Anton Tchekhov, grands explorateurs de la condition humaine de leurs époques respectives, prennent place dans le répertoire du collectif.

 

Rodolphe Dana signe en effet sa première mise en scène avec Oncle Vania d’Anton Tchekhov (2004 – création à La Ferme du Buisson) dans laquelle il tient le rôle d’Astrov. Puis il dirige les créations suivantes : deux pièces de Jean-Luc Lagarce, Le Pays Lointain dans laquelle il tient le rôle de Louis (2006 – création à La Ferme du Buisson, en partenariat avec le Festival d’Automne) et Derniers remords avant l’oubli dans laquelle il joue le rôle de Pierre en alternance avec David Clavel (2007 – création au Théâtre Garonne, en partenariat avec le Festival d’Automne) ; Loin d’Eux de Laurent Mauvignier qu’il interprète seul en scène et mis en scène par David Clavel (2009 – création au Théâtre Garonne) ; Merlin ou la Terre dévastée de Tankred Dorst où il tient le rôle de Merlin (2009 – création à La Ferme du Buisson) ; Bullet Park d’après John Cheever (2011 – création au Théâtre Vidy-Lausanne, en partenariat avec le Festival d’Automne ) ; Tout mon amour de Laurent Mauvignier (2012 – création au Théâtre Garonne, en partenariat avec le Festival d’Automne) et Voyage au bout de la Nuit d’après le roman de Louis-Ferdinand Céline (2014 – création à la Scène Nationale d’Aubusson) ; Platonov d’Anton Tchekhov dans laquelle il joue le rôle-titre (2014 –  création au Théâtre de Nîmes). En 2016, il dirige la création collective Le Coup droit lifté de Marcel Proust d’après le roman Du Côté de chez Swann de Marcel Proust au Théâtre de la Bastille.

 

De 2010 à 2012, il siège à la Commission du Centre National du Théâtre.

En janvier 2016, il est nommé à la direction du Théâtre de Lorient, Centre dramatique national.

JOUER COLLECTIF À LORIENT

 

Le théâtre est le lieu de la nouveauté, de la singularité. Chaque artiste a pour ambition d’être unique, d’apporter au public, pour citer Marcel Proust, « un univers de plus ». Je souhaite offrir au public ce qui se fait de plus émouvant, d’exigeant et de singulier sur les scènes françaises et étrangères. Je veux renforcer et développer avec le public existant un rapport de confiance, de complicité et créer les conditions nécessaires pour aller vers ceux que le théâtre intimide ou indiffère, vers ceux qui se sentent exclus de la culture en général, et de l’art en particulier : ils sont encore trop nombreux.

Je souhaite une politique de création forte, généreuse et collective. Je serai entouré dans cette démarche par un collectif artistique de comédiens, d’auteurs et de metteurs en scène issus de ma compagnie Les Possédés, ainsi que par deux artistes associées : Julie Deliquet et Jeanne Candel.

J’envisage le théâtre comme un lieu de partage et d’invention, au service des écritures d’aujourd’hui. Un lieu de convivialité de rencontre et de réflexion.

La transmission et l’accompagnement occupent aussi une part importante de mon projet. Je désire impliquer les jeunes dans la vie artistique du théâtre, sur la durée et de manière concrète. Nous le ferons dès cette année avec Eldorado, un festival pour et avec la jeunesse.

Nous espérons que cette première saison, composée d’artistes qui, pour beaucoup, ne sont jamais venus à Lorient, saura aiguiser votre curiosité et susciter votre enthousiasme.

Rodolphe Dana