POLYESTER

Alexandre Margot et Nans Laborde-Jourdàa
Dans le cadre du Festival Eldorado #5

Ce diaporama nécessite JavaScript.

KITSCH LITTÉRAIRE – FANS DE DANSE – ADOLESCENCE – TÉMOIGNAGES

Le Brésil, une riche héritière, un jeune homme pauvre,
l’amour de la danse, des rebondissements comme s’il en pleuvait,
c’est Grand Studio,
best-seller pour adolescents fans de danse,
saga littéraire fictive en 36 tomes.
Un livre peut-il changer une vie ?
Huit jeunes danseuses et danseurs amateurs viennent témoigner.
S’entremêlent leurs mots pour dire la brutalité de grandir,
leur rapport à la danse, leurs visions du monde, leurs vies, ici, en France,
et des extraits joués de Grand Studio.
Polyester explore notre rapport au kitch,
à ce qui fait que, malgré des grosses ficelles,
quelque chose nous touche et nous donne envie d’y croire.

La compagnie TORO TORO a été crée en 2016 par Margot Alexandre et Nans Laborde-Jourdàà. Margot Alexandre participe, depuis 2011, à de multiples projets d’écriture au plateau. On a pu la voir dans Les Grands mis en scène par Fanny de Chaillé et La Chute de la Maison de Jeanne Candel et Samuel Achache. En 2018, elle joue dans Songs mis en scène par Samuel Achache.
Nans Laborde-Jourdàà a collaboré avec le collectif La Vie Brève dans Quoi de Marc Vittecoq et Some kind of monsters de Jeanne Candel. En 2016, il crée avec Sarah Le Picard, Maintenant l’apocalypse. En 2018, il joue dans la création de Nicolas Giret-Famin Le temps des H+mmes.

 

GENÈSE

Polyester est né de l’invitation d’Iris Trystram et Samuel Vittoz à participer au dixième anniversaire d’Un festival à Villeréal. Notre envie a été de penser une forme qui viendrait prolonger le travail que nous avons amorcé sur Duet où nous invitons le spectateur à assister à une répétition de danse entre deux acteurs et un répétiteur professionnel. Nous avons imaginé Polyester comme un objet où viendraient s’entrechoquer différents registres, une aire de jeu, un cousin éloigné qui entrerait en correspondances avec Duet, dans un ludique jeu de miroirs. Il y avait pour nous l’envie de travailler avec des amateurs. 

Nous avons rencontré huit danseuses de dix à dix-sept ans de l’école de danse de Villeréal. Polyester s’est construit avec elles, pour elles. Polyester est une forme hybride et mouvante qui se réadapte face à chaque nouvel interprète, à chaque nouveau studio de danse où la pièce sera donnée.

GRAND STUDIO

Dans Polyester s’entremêlent les témoignages de huit adolescents sur comment Grand Studio a changé leur vie et des scènes où deux comédiens viennent rejouer des extraits de cette saga littéraire.

Même si le spectateur pourrait penser assister à du théâtre documentaire, tout ici est fiction. En imaginant cette saga littéraire de trente-six tomes pour adolescents fans de danse nous avions envie de créer un livre monstre, un spectacle total qui ingérerait au fil des tomes les codes de la comédie romantique, des films d’action ou de vampire, les télénovelas… où Rosalia et Timothy viennent s’aimer, danser et brûler sous nos yeux, figures archétypales absolues. Avec Grand Studio, nous voulions questionner notre rapport à cette littérature et ces films qui dessinent les paysages intimes de notre jeunesse. Questionner notre rapport au mauvais goût, à ce qui fait que, malgré ces grosses ficelles, quelque chose nous touche et nous donne envie d’y croire. De ces histoires folles à l’autre bout du monde, huit jeunes viennent témoigner. Parler de Grand Studio mais aussi de leurs vies, ici, en France. C’est dans la friction produite entre ces scènes d’un kitsch assumé et le côté brut et direct des témoignages des jeunes que naît POLYESTER. Tour à tour, les danseu.r.ses viennent parler de la brutalité de grandir, de la puissance de l’imaginaire, de la force et de la joie d’être une meute, de leur rapport à la danse, de ce que ça fait concrètement sur leurs corps. Il y a Grand Studio qu’elles ont aimé, ou pas, mais surtout il y a leurs visions du monde. Derrière le micro, ils se livrent et viennent montrer leur rapport à la danse, questionner leur propre identité avec humour et détermination.

STUDIO DE RÉPÉTITION ITINÉRANT

En collaboration avec les structures qui nous invitent, l’idée est de trouver dans chaque ville où nous allons jouer une école de danse partenaire. Car Polyester a été écrit pour être donné dans un studio de répétitions, avec ses murs miroirs, ses barres.

L’enjeu de Polyester réside dans la rencontre avec l’équipe pédagogique et les élèves de l’école de danse. Le processus est simple pour arriver jusqu’à la représentation. Il se compose au minimum de deux fois deux jours avec ces élèves qui peuvent être fait à différentes périodes.  Les deux premiers jours sont destinés à la sélection des huit danseu.r.ses. Une rencontre qui prendra la forme d’interviews. L’objectif et de voir comment ces rencontres vont modifier le texte de base. Il sera aussi question sur ces deux premières journées de leur transmettre une chorégraphie. Car dans Polyester il est aussi question d’échange de savoirs : les jeunes danseu.r.ses vont jouer et les comédiens vont danser. Après un temps de réécriture pour adapter la pièce à cette nouvelle ville, ce nouveau studio et cette nouvelle équipe, nous reviendrons deux jours avant de jouer. Deux jours où nous allons mettre en espace Polyester. Répéter avec le groupe les monologues et les scènes de groupe. Une création express mais qui est, nous pensons, le temps juste. Juste pour mettre en confiance les jeunes et en même temps garder une spontanéité qui est très importante à nos yeux.

TEXTE Nans Laborde-Jourdàa
JEU Valentine Vittoz, Margot Alexandre, Nans Laborde-Jourdàa et huit jeunes danseur.ses
COLLABORATION ARTISTIQUE ET CHORÉGRAPHIE Valentine Vittoz
SCÉNOGRAPHIE Lucie Gautrain
COSTUMES Margot Alexandre