SONGS

SAMUEL ACHACHE
SÉBASTIEN DAUCÉ
ENSEMBLE CORRESPONDANCES

Ce diaporama nécessite JavaScript.

S’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu.

Emil Cioran

 

Il faut imaginer un lieu qui ne serait pas de notre réalité. Comme une faille de notre monde, où de la musique devrait être jouée et chantée sans discontinuer. Des musiciens, non pas dans la fosse mais sur scène. Un endroit qui pourrait être une sorte de décharge ou une casse à affects. Ici c’est par la voix d’une femme, qui chante des pièces de musique du XVIIème siècle, de celles qui fouillent la mélancolie et les peines d’amour, que ces affects se déchargent. Le rôle de cette musique et de cette femme seraient de permettre aux peines, et plus généralement aux émotions accumulées par les hommes au cours de leurs vies de s’atténuer pour qu’elles restent vivables et que l’oubli puisse faire son œuvre. Ce lieu pourrait être les archives de la mémoire, des chagrins. Un jour arrive une autre femme. Elle réclame ses peines, refuse d’oublier, veut garder vives ses douleurs. Elle vient récupérer son bien, ou l’empêcher de fuir dans l’oubli. C’est la situation de départ de Songs. Conçue autour du répertoire méconnu des Consort Songs anglaises du XVIIème siècle, cette proposition de Samuel Achache et de l’Ensemble Correspondances — chanteurs et instrumentistes, spécialistes de la musique du Grand Siècle — dirigé par Sébastien Daucé — est portée par la voix hors du commun de Lucile Richardot.

Au sein de La vie brève, Samuel Achache crée avec Jeanne Candel en 2013 Le Crocodile Trompeur, opéra décalé d’ après Didon et Énée d’ Henry Purcell, puis Orfeo je suis mort  en Arcadie d’ après Monteverdi qui a été présenté au Théâtre de Lorient la saison 2016-2017.

AVEC
COMÉDIENNES Margot Alexandre et Sarah Le Picard

ALTO Lucile Richardot

BARYTON-BASSE René Ramos Premier

FLÛTE Lucile Perret

HARPE Angélique Mauillon

VIOLES Louise Bouedo, Étienne Floutier, Mathilde Vialle

THÉORBE Thibaut Roussel

CLAVECIN Arnaud De Pasquale

DIRECTION MUSICALE ET ORGUE Sébastien Daucé

MISE EN SCÈNE Samuel Achache

SCÉNOGRAPHIE Lisa Navarro

DRAMATURGIE Sarah Le Picard

COSTUMES Pauline Kieffer

LUMIÈRES César Godefroy

ASSISTANAT À LA MISE EN SCÈNE Carla Bouis

PRODUCTION DÉLÉGUÉE Élaine Méric et Céline Portes

RÉGIE GÉNÉRALE Marion Lefebvre

COPRODUCTION Théâtre de Caen / Théâtre de Lorient, Centre dramatique national /Comédie de Valence, Centre dramatique national / Théâtre de Cornouailles, Scène nationale de Quimper / Fondation Royaumont
AVEC LE SOUTIEN de la Fondation Daniel et Nina Carasso / Théâtre Paul Éluard de Choisy-le-Roi / Théâtre de la Croix-Rousse / Centre culturel de rencontre d’Ambronay et la Fondation Musica Solis / la Fondation Jan Michalski et d’ Arcadi, Île-de-France.

La Caisse des Dépôts et Mécénat Musical Société Générale sont grands mécènes de l’Ensemble Correspondances. Correspondances est soutenu par le Ministère de la culture (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes) au titre des Compagnies et ensembles à rayonnement national et international, par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Ville de Lyon.
Correspondances est en résidence au Théâtre de Caen. Il est ensemble associé à l’Opéra et la Chapelle du Château de Versailles, et à La Chapelle de la Trinité avec le soutien de la Ville de Lyon.

La vie brève est soutenu par le Ministère de la Culture (DRAC Île-de-France) au titre du rayonnement national et international de ses œuvres. Jeanne Candel et Samuel Achache sont membres du Collectif artistique de La Comédie de Valence, Centre dramatique national de la Drôme-Ardèche et Jeanne Candel est artiste associée au Théâtre de Lorient, Centre dramatique national de Bretagne ; La vie brève est une compagnie associée au Théâtre Garonne, Scène européenne à Toulouse ; elle est accueillie en résidence par la Mairie de Paris au Jardin d’ Agronomie Tropicale à partir de 2018. Une création de l’ ensemble Correspondances et de La vie brève.

AVANT-SPECTACLE

« ROUNDS »

Sous le titre évocateur de « Rounds and Catches » (courir en rond et attraper), la musique vocale anglaise des dix-septième et dix-huitième siècles fait la part belle aux jeux d’imitation et de dialogue, jusqu’à réinventer la forme du canon.

À cette tradition savoureuse, nous rendons un hommage passionné.

Une proposition des classes de voix, formation musicale et de l’atelier baroque du Conservatoire de Lorient.

Ven 23 novembre → 19h, au Grand Théâtre.

Entrée libre